Liés aux produits d'Alpro

Où viennent le soja, les noisettes, les amandes, le riz ?

Alpro achète la majeure partie de ses fèves de soja conventionnelles au Canada et en Europe (surtout en France). Les fèves de soja bio utilisées pour fabriquer les produits bio d’Alpro, proviennent d'Europe.

Les amandes des boissons à base d’amandes Alpro sont cultivées en Europe, dans la région méditerranéenne.
Les noisettes destinées à la Boisson aux noisettes Alpro sont cultivées en Europe ou en Turquie.
 
Le riz utilisé pour la Boisson à base de riz Alpro vient de différents pays : Europe, Guyane, Uruguay, Egypte, Argentine, Thaïlande et Vietnam.

Quelle est l'origine de la vitamine B12 ?

La vitamine B12 utilisée par Alpro est produite par fermentation d’organismes non génétiquement manipulés et ne contient aucune trace d’origine animale.
Notre vitamine B12 convient donc parfaitement aux végétariens et végétaliens.

Les produits Alpro conviennent-ils pour les nourrissons?

- Ne convient pas aux enfants de moins de 1 an 
Le lait maternel est considéré comme l’aliment le plus adéquat pour les enfants de moins d'1 an. Si l'allaitement n'est pas possible, les enfants de moins de 1 an ont besoin d’une alimentation spécifique pour nourrissons ou un lait de suite, qui ne peuvent être remplacés sans en avoir parlé au médecin ou au diététicien.
 
En se basant sur des recherches récentes, les pédiatres ont conclu qu’il n’y a pas de différences significatives dans la croissance et le développement entre des enfants en bas âge nourris avec des préparations pour nourrissons à base de soja et des enfants nourris avec des préparations pour nourrissons à base de lait de vache. Il ressort d'ailleurs des 35 études que les bébés nourris avec une préparation à base de soja affichent une croissance et un développement sexuel tout à fait normaux.
Le lait maternel reste cependant l’alimentation la plus appropriée pour les bébés et doit être encouragé chez les jeunes mamans, conformément aux recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé, du SPF Santé publique et de l’Office de la Naissance et de l’Enfance.

- Convient aux enfants à partir de 1 an  
Pour les enfants de 1 à 3 ans, Alpro a développé une boisson de croissance à base de soja, l'Alpro Boisson de croissance 1-3 ans contient des protéines végétales de haute qualité et les nutriments spécifiques dont les petits ont besoin.
Les Boissons, Desserts ou alternatives végétales au yaourt Alpro font d’excellents en-cas à partir de 1 an. 
Les Boissons Alpro à base d’amandes, de noisettes et d'avoine ne contiennent pas non plus de protéines de lait de vache . Elles sont une bonne source de calcium et de vitamines et peuvent être servies comme en-cas qu’à partir de 1 an. Il ne s’agit cependant pas d’alternatives complètes au lait car elle ne contiennent pas de de protéines de haute qualité
La Boisson Alpro à base de riz n’entre en considération qu’à partir de 5 ans, et ne contient pas non plus de protéines de lait de vache. Ce n’est cependant pas non plus une alternative complète au lait. 

Pourquoi les Alpro alternatives végétales au yaourt portent-elles la mention "peut contenir des traces de fruits et coque (pas de cacahuètes)"?

Alpro entreprend actuellement toutes les démarches de qualité nécessaires pour l’intégration, des produits aux amandes et aux noisettes sur les actuels sites Alpro. Toutes les mesures sont prises pour exclure tout risque de 'contamination croisée'. Etant donné qu’Alpro travaille encore actuellement à son expertise dans le management des allergènes pour les alternatives végétales au yaourt, la mention ‘peut contenir des traces de fruits à coque (pas de cacahuètes)’ ne sera retirée que lorsqu’il aura la certitude à 100% qu’il n’existe plus aucun risque de 'contamination croisée'.

Que signifie la terminologie "sucre(s)"

Le FIC (food information to consumers) mentionne dans l'article 8 du règlement 1169/2011 annexe 1 que la terminologie "sucres" comprend tous les monosaccharides et disaccharides contenus dans les aliments, à l'exception des polyols et que les sucres totaux contenu dans l’aliment doivent être indiqués dans le tableau nutritionnel qui se trouve sur l'emballage.

Le terme «Sucre» comprend toutes les formes de saccharose.

Général

Les aliments au soja affectent-ils l’état hormonal des hommes ou la fertilité masculine ?

Les isoflavones de soja présentent une structure chimique identique à celle des principales hormones féminines, les œstrogènes. Toutefois, les isoflavones affichent aussi une très faible puissance œstrogénique, à savoir seulement 1/10.000 à 1/140.000 de l’activité de l’œstradiol.

La méta-analyse effectuée par Hamilton-Reeves et portant sur 32 essais a montré que les protéines de soja et les isoflavones n'affectaient pas les hormones reproductives, la testostérone totale, la testostérone libre et la globuline de liaison aux hormones sexuelles chez les hommes.

Les recherches scientifiques confirment que les produits à base de soja n'ont pas d'impact sur l'état hormonal des hommes.

Il existe un malentendu tenace selon lequel les isoflavones auraient des effets féminisants sur les hommes et influenceraient négativement leur santé reproductive. Au vu des grandes populations et de l'importante consommation d’aliments à base de soja dans les pays asiatiques, il semble peu probable que les aliments à base de soja puissent interférer avec la fertilité. En effet, aucune donnée épidémiologique chez les humains n’a révélé un effet négatif du soja sur la fertilité. De plus, diverses données cliniques sur des humains n'ont pas montré le moindre effet négatif du soja sur la fertilité. Par conséquent, il est hautement improbable que le soja puisse influencer négativement la reproduction.

Une étude par Messina, publiée dans le Fertility and Sterility journal, a examiné les données de plus de 150 études sur des interventions cliniques et trouvé que la consommation d'isoflavones et d'aliments à base de soja n'avait aucun effet sur la testostérone ou les œstrogènes, le nombre de spermatozoïdes, la qualité du sperme, la taille des seins ou la fonction érectile chez les hommes.
Même une exposition importante aux isoflavones (jusqu'à 480 mg par jour) n'affecte pas les niveaux de testostérone ou d'œstrogènes dans le sang chez les hommes, pas plus que les paramètres liés au sperme et aux spermatozoïdes ou la fonction érectile.

Aliments à base de soja contre compléments en isoflavones de soja

Il est important de bien faire la distinction entre aliments à base de soja et compléments en isoflavones. Les aliments à base de soja sont des aliments d'origine végétale qui contiennent des macronutriments comme des protéines, des lipides et des glucides, et des micronutriments comme des minéraux et des vitamines, ainsi que des isoflavones.
De leur côté, les compléments en isoflavones n'apportent que des isoflavones. Ceux-ci peuvent être fortement dosés et la qualité et la composition peuvent varier par rapport aux aliments à base de soja.
En général, les aliments à base de soja contiennent plus de génistéine (55 %) que de daidzéine (35 %) et relativement peu de glycitéine (< 10 % de la teneur totale en isoflavones).
Les isoflavones contenues dans les compléments peuvent provenir de germes de soja, de la graine de soja entière ou contenir uniquement une isoflavone isolée comme la génistéine. Par conséquent, la composition des isoflavones dans les compléments ne reflète pas la composition des isoflavones présentes dans la graine de soja entière naturelle.
Les compléments contiennent aussi de grandes quantités d'isoflavones. Obtenir le même niveau d'isoflavones à partir d'aliments à base de soja nécessiterait de consommer d'énormes quantités de nourriture. Les compléments contenant 100 mg ou plus d'isoflavones ne sont ainsi pas rares alors que les aliments à base de soja ne contiennent que 3 mg d'isoflavones par gramme de protéines de soja.

Soja fermenté contre soja non fermenté

Les aliments fermentés (natto, miso,alternatives végétales au yaourt) et non fermentés (tofu, alternatives végétale au lait) à base de soja sont largement consommés à travers l'Asie depuis des siècles. Si certains croient que les aliments fermentés à base de soja offrent de plus grands avantages pour la santé que les variétés non fermentées, cela n'est pas fondé et n'a pas été confirmé par des études cliniques.
À titre d'exemple, il a été suggéré que la fermentation améliorerait la digestibilité des protéines de soja. Or, la digestibilité des protéines de soja dans le cadre de produits non fermentés est déjà excellente à plus de 90 % en général.

De plus, les isoflavones, des composants végétaux naturels présents dans les aliments à base de soja fermentés et non fermentés, sont absorbées. Les isoflavones dans les aliments non fermentés au soja sont présentes sous la forme de b-glucosides. Lors de la digestion, ceux-ci sont hydrolysés par des bactéries intestinales et ensuite absorbés sous la forme d’aglycones. En ce qui concerne les aliments au soja fermentés, le processus de fermentation hydrolyse naturellement les isoflavones en aglycones qui peuvent ainsi être absorbés immédiatement.
Un moyen de déterminer la quantité d'isoflavones absorbée consiste à mesurer la concentration d'isoflavones dans les urines après avoir consommé des produits à base de soja. Cette approche n'a montré aucune différence dans l'excrétion d'isoflavones dans les urines, que ce soit après avoir consommé de la soupe au miso (fermenté) ou une boisson à base de soja (non fermenté) contenant les mêmes quantités d'isoflavones.

Même si la fermentation réduit la teneur en phytates du soja, rien ne permet d'affirmer clairement que cette réduction conduit à une augmentation significative de l'absorption des minéraux chez les humains. De plus, le traitement par chaleur humide utilisé pour produire des aliments au soja non fermentés réduit également la teneur en phytates.

La fermentation peut réduire la teneur en inhibiteurs de trypsine, mais la pertinence de cet élément est floue, la quantité d'inhibiteurs de trypsine dans les produits au soja non fermentés disponibles dans le commerce étant déjà faible et donc cliniquement non pertinente.